top of page

Favoriser les pollinisateurs dans son jardin


PACA pour Demain était présent le dimanche 23 avril 2023 à la fête du printemps et du jardin à Grasse, sur la place aux Aires.



Dans ce contexte de marché aux fleurs et de vente de plantes, l'association a souhaité rappeler l'importance des pollinisateurs et leur déclin en France. En effet, les populations d'insectes ont chuté de 80% depuis les années 70.




Deux raisons principales expliquent cet effondrement : la destruction des habitats tels que les zones humides, et l'intensification agricole avec l'utilisation de produits phytosanitaires. C'est pourquoi l'association a souhaité mettre l'accent sur les moyens de favoriser les habitats des insectes et des pollinisateurs dans les jardins. Ces derniers jouent un rôle crucial dans les activités humaines, car plus de 50% de notre production agricole dépend de la pollinisation. De plus, les insectes constituent la base de nombreuses chaînes alimentaires, leur disparition entraînant une pénurie de nourriture pour les animaux, ce qui peut entraîner une baisse de leur population. Par conséquent, 30% des populations d'oiseaux ont également diminué au cours de la même période, en partie en raison de la disparition des insectes, qui constituent une source de nourriture pour de nombreuses espèces.


Favoriser le gîte et le couvert pour les pollinisateurs et les insectes dans son jardin, c'est donc favoriser toute la biodiversité. Cinq aménagements simples et quelques conseils permettent de mieux valoriser les insectes dans son jardin :


  • Un espace sans végétaux : le sol nu et la terre sableuse est le gîte parfait pour les abeilles et les bourdons solitaires, comme les dasypodes. Si le mot "pollinisateur" évoque immédiatement les abeilles domestiques, elles ne représentent que 30% de la pollinisation. Ce sont les plus de 1000 espèces d'abeilles sauvages qui assurent une grande partie de cette pollinisation. 80% de ces espèces sauvages et solitaires étant terricoles (vivant dans un terrier), la terre sableuse leur permet de se reposer et de se reproduire.


  • Un espace en libre évolution : ne pas faucher ni tondre une partie de son jardin est essentiel pour augmenter la biodiversité de son foyer. En effet, les plantes rudérales et spontanées sont des espaces de nidification, de reproduction et de pollinisation naturelle. De plus, ces espaces offrent des abris et des moyens de se cacher pour la faune sauvage.


  • Les bûches et le bois mort : Les espèces comme le xylocope (la plus grosse abeille en France), mais aussi les larves des syrphes, se nourrissent du bois et s'y reproduisent parfois. Les syrphes sont le deuxième grand groupe de pollinisateurs après les abeilles et les bourdons. Ces mouches pollinisatrices font du biomimétisme, c'est-à-dire qu'elles ont pris les mêmes caractéristiques que les guêpes, abeilles et bourdons, avec des couleurs striées jaunes et noires. La plupart des larves de ces mouches étant xylophages (mangeant du bois), les bûches ou les souches sont de véritables garde-manger, autant pour les larves que pour les oiseaux qui les mangent.


  • Les plantes mellifères : après avoir offert le gîte, il est également intéressant d'offrir le couvert aux pollinisateurs. Ainsi, des plantes mellifères accueillent la plupart des pollinisateurs : abeilles solitaires, syrphes ou encore papillons. Ils vont alors se nourrir du nectar des plantes et déplacer le pollen d'une plante à l'autre, permettant la reproduction de celles-ci.


  • Une haie diversifiée : enfin, en favorisant des haies diversifiées, il est possible d'offrir une grande diversité végétale et nutritive pour tous les maillons de la chaîne, des pollinisateurs aux oiseaux. En choisissant des plantes locales, les espèces autochtones seront favorisées dans son jardin. De plus, les haies sont des couloirs importants de déplacement pour certaines espèces comme l'écureuil roux.





8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page